Sorties et Actualités artistiques du Sud de la France

Belle Aire & Music Designer presents: NÔZE

 

 

 

  •   Il va falloir vous y faire, cet évènement ne fera pas figure d'exception...

    Cette saison, en collaboration avec Music Designer
    nous vous proposons d'assister une fois par mois au Live / Dj set d'un artiste de renommé international...

    Le tout gratuitement.

    Pour cette première édition des "FiNe DaY", nous recevons 


    __________Nôze

    Entre lives truculents et albums riches en influences et musicalité (le quatrième, Dring, est venu nous le rappeler l'année dernière), on en aurait presque oublié que Nôze (Nicolas Sfintescu et Ezéchiel Pailhès au civil) savait également donner dans le mix fiévreux. Bien vu donc de la part de M.A.N.D.Y., boss de Get Physical et investigateurs en chef des compilations Body Language, d'avoir demandé à Nicolas, le DJ du duo, de se pencher sur le onzième opus de cette série culte qui a déjà vu passer des hôtes loin d'être manchots. Après DJ T., Jesse Rose, Dixon, Château Flight, Junior Boys, Matthew Dear, Modeselektor, DJ Hell et M.A.N.D.Y. par deux fois, c'est donc au tour du co-créateur des séduisants When Tiger Smoked et Kitchen (et co-boss du label parisien Circus Company) de faire suer nos corps avides de sons. Le résultat : une déclaration d'amour éclectique de près de 75 minutes où sont conviées la plupart des obsessions musicales du binôme français. En choisissant Nôze, M.A.N.D.Y. a eu le nez creux, d'autant que l'idée trottait depuis un bon moment dans la caboche de Nico. « Body Language, c'est une compile que je connais bien et ça faisait un moment qu'on en parlait avec Philipp de M.A.N.D.Y. J'ai essayé de mélanger aussi bien des choses qui ressemblent à du Get Physical qu'à des choses qu'on aurait faites sur Circus, mais aussi du Nôze et des trucs que je jouerais en tant que DJ comme le morceau de Dennis Ferrer & Jerôme Sydenham (A Drumstick And A Light Future) qui est un truc un peu old school, du genre bon vieux track américain bien house. J'ai essayé de réunir tout ça tout en apportant au mix une histoire, un fil conducteur. »

    Ici, n’espérez donc pas trouver un tracklisting réunissant uniquement dancefloor killers ou sorties récentes. « Si on sort une compilation avec marqué Nôze dessus, ce n'est pas pour mettre les meilleurs morceaux de l'été. Faut que ça corresponde à ce que l'on a envie de faire et de dire en musique » explique un Nico tout heureux de voir enfin sortir ce qui représente le fruit de trois mois de labeur et de réflexion. Du coup, l'auditeur se laisse porter par un parcours musical « vivant », aux transitions à la fois naturelles et méticuleuses. Un véritable portrait de l'univers Nôze, avec ses respirations, ses montées et ses descentes. « Ça ressemble pas mal à la façon dont je joue quand je suis DJ. Je trouve que si tu ne fais vraiment que de la surenchère, c'est un peu chiant. Et si tu fais un truc très linéaire, c'est bien… mais juste pour conduire sur l'autoroute ! » 

    De la « techno jammée » inaugurale de HMG 2, premier aperçu de Hemingway, le nouveau projet claviers-boîtes à rythmes-batterie électronique d'Ezéchiel et Nico accompagnés par le batteur Emiliano Turi, au remix imparable du Crazy d'Ornette, ce onzième volet des Body Language est rempli de pépites soigneusement éditées par le DJ-producteur et ne ressemble pas à une simple mixtape circa années 90. « Pratiquement tous les morceaux ont été édités, hormis peut-être un ou deux, pour mieux fusionner entre eux. Une pratique qui n'aide pas à établir un tracklisting sereinement : c'était un problème quand j'ai dû faire les points d'entrée et de sortie des morceaux (sourires). J'ai fait le mix en me disant qu'il fallait que ce soit un tout, avec pas mal de chansons, de voix. Un truc assez humain quoi. Et que cela puisse s'écouter dans plein d'endroits différents, le matin chez soi en faisant la cuisine, avant de sortir etc. » Faute d'avoir les droits, un a cappella de Jeff Buckley aurait même pu commencer ce mix. C'est vous dire l'ouverture d'esprit du bonhomme.

    Au gré de l'écoute, on tombe ainsi sur quelques ovnis affriolants, comme le cultissime Tu Veux Ou Tu Veux Pas du jazzman fantasque français Zanini (« qui correspond pas mal à ce qu'on fait avec Nôze, à savoir un petit peu rigolo et chaud ») ou le sémillant Amor Do Olinda, un track aussi agréable que mystérieux qu'a concocté avec soin Nico : « Vous ne trouverez pas d'où vient la voix ! C'est un truc que j'ai acheté au Brésil, c'est le projet d'une favela dans le nord-est du Brésil, une musique très particulière du Pernambuco qui s'appelle le coco, une musique de pêcheur » révèle ce DJ enamouré par le pays sud-américain. Le reste est un mélange parfaitement dosé entre house downtempo et inspirations techno deep. Les titres s'emboîtant avec plaisir et en douceur, on assiste à quelques épiphanies du plus bel effet, telle l'association des titres d'Alejandro Mosso (Pampa) et de Nicolas Jaar (Russian Dolls) : une évidence.

    Avant de retourner travailler sur ses nombreux projets en cours ou à venir (un prochain album de Nôze est notamment dans les tuyaux), « Nico from Nôze » nous livre ainsi un délicieux message d'attente, plein d'amour et de folie. L'essence même des compilations Body Language en somme. 




    __________Jack Ollins

    Fervent activiste de la scène house techno, Jack est sans aucun doute le Dj le plus respecté et le plus talentueux de sa génération.
    Sa culture musicale est si vaste que chacune de ses apparitions est différente mais toujours aussi intense et mémorable.

    Jack OLLINS a l'habitude de cotoyer et mixer souvent aux côtés de Djs internationaux tels que : Laurent Garnier, Carl Cox, Richie Hawtin, Carl Craig, Jeff Mills, Ricardo Villalobos, Vitalic, Chris Liebing, Marco Carola, Miss Kittin, Marc Houle, Stephan Bodzin, Dave Clarke, Technasia, Paul Ritch...et a été programmé dans plus de 120 club dans le monde ainsi que les plus gros festivals européens...

    Co-fondateur du label MAGNETIC DISORDER en 2006, sur lequel il s’est produit, Jack a été playlisté et compilé à ce jour par les plus grands artistes internationaux tels que : Dave Clarke, Monika Kruse, Karotte, John Digweed, Umek, NDKJ, Dj HELL…, Jack OLLINS scillonne les continents et les clubs pour diffuser ses émotions musicales.

    A ce jour, Jack vient de créer son propre label MUSIC DESIGNER, sur lequel il se produira. Plusieurs remixes et morceaux d’artistes internationaux sortiront dans les prochains mois sur tous supports (vinyls et téléchargement).

    www.facebook.com/jackollins
    www.myspace.com/jackollins


    BellAirement Votre...

 
52 Cours Julien13006 Marseille
 


20/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 1104 autres membres